Intro
Fransk • Français

Sadi Emeci

représentant du Parti de la gauche socialiste (SV) au conseil municipal de Drammen

A votre avis, qu’est-ce que les nouveaux immigrés doivent savoir sur la société norvégienne?

Il est important que les immigrés connaissent les rapports des Norvégiens avec la religion. Il faut qu’ils comprennent que tout ce qu’ils voient dans la société norvégienne n’est pas non plus accepté par la religion chrétienne. Beaucoup d’immigrés observent par exemple des Norvégiens ivres dans la rue le week-end. Ils en concluent que tous les Norvégiens boivent et que c’est un mode de vie chrétien. Mais ce n'est évidemment pas le cas. Il est important de savoir que la religion n'est pas visible dans la société de la même manière que dans beaucoup d'autres pays. Et beaucoup de Norvégiens ne sont pas croyants.

Il se trouve par ailleurs que les immigrés rencontrent souvent des Norvégiens qui ne sont pas représentatifs de la majorité de leurs compatriotes. Il s’avère malheureusement que les jeunes immigrés se retrouvent souvent avec des jeunes Norvégiens qui ont des problèmes. Ils ont alors tendance à croire que tous les Norvégiens sont comme ces jeunes et leurs familles.

Il est important que les immigrés en Norvège aient envie d’apprendre à connaître les Norvégiens et leurs traditions. Ils doivent apprendre ce que signifient les fêtes de Noël et de Pâques et les respecter. Pour que les immigrés connaissent les Norvégiens, ils doivent comprendre leur mode de vie et apprendre les règles non écrites. Alors ils se sentiront plus à l’aise quand ils rencontreront des Norvégiens.

Qu’attend la société norvégienne des immigrés?

La société norvégienne attend beaucoup de chaque individu qui vit ici, qu’il soit norvégien ou immigré. La société compte sur nous pour nous familiariser avec les lois et les règles et les respecter. Une société moderne exige beaucoup des citoyens. Il faut réussir ses études et sa vie professionnelle, la famille doit vivre dans de bonnes conditions et il faut éduquer les enfants. Celui qui ne réussit pas à satisfaire ces exigences est facilement exclu.

Je trouve aussi que la société a des exigences un peu irréalistes envers certains immigrés. Les Norvégiens parlent toujours de la guerre, bien que celle-ci se soit terminée il y a 60 ans; cependant ils voudraient que les immigrés qui ont vécu des traumatismes oublient leurs souvenirs douloureux pour se tourner vers l'avenir le plus vite possible.

Et qu’attendent les immigrés de la société norvégienne?

Je crois que les attentes des immigrés étaient plus grandes autrefois. Dans les années 1980, un grand nombre d’entre eux comptaient sur la société pour les assister en tout. Je ne suis pas certain des attentes des immigrés qui arrivent aujourd’hui, mais je crois qu’elles sont généralement plus réalistes. Mais il y a sûrement de grandes différences, selon le passé des immigrés.

Avez-vous été confronté à des malentendus?

Je sais que les immigrés reçoivent beaucoup d’informations de leurs propres compatriotes. Celles-ci sont souvent fausses, ce qui crée des malentendus. Il est difficile ensuite de s'en débarrasser.

Quel est votre souhait pour l’avenir?

Si les immigrés ne s’intègrent pas davantage et ne deviennent pas visibles dans la société, j’ai peur que certaines catégories d’entre eux ne forment une nouvelle classe d’exclus en Norvège.

J'aimerais que les immigrés participent plus activement à la vie sociale. J’aimerais qu’ils soient visibles dans leur milieu, par exemple au sein des conseils de copropriété, et qu’ils participent à des travaux collectifs bénévoles avec les Norvégiens.

Si seulement les jeunes pouvaient à la fois être fiers de leur origine ethnique et se sentir norvégiens!

Quand je rencontre un Turc dans la rue à Drammen et que je lui demande: «D’où viens-tu?», j’aimerais qu’il me réponde: «Je suis de Drammen!»

Ansvarlig for disse sidene J.W. Cappelens Forlag AS. Læremidlet er utviklet med støtte fra Utdanningsdirektoratet. Tilbakemeldinger: intro@cappelen.no